Planter un verger en permaculture

Qui n’a jamais rêvé de planter un verger en permaculture afin d’y prélever sa nourriture ou de s’y reposer, tel un jardin d’Eden ?

Planter un verger en permaculture

Qui n’a jamais rêvé de planter un verger en permaculture afin d’y prélever sa nourriture ou de s’y reposer, tel un jardin d’Eden ? Cela est toujours possible notamment grâce à la permaculture.
Toutefois, il ne faut pas se méprendre. La permaculture ne consiste pas à planter ça et là des arbres fruitiers puis à les abandonner à leur destin en espérant un jour récolter de pleines brouettes de fruits. Masanobu Fukuoka en a d’ailleurs fait l’amère expérience en son temps. Il a perdu des centaines d’arbres fruitiers en abandonnant le verger permaculturel, sans jamais tailler les arbres1. Il ne faut donc pas confondre abandon et non-agir.

Planter des arbres fruitiers en permaculture : comment faire ? 

Planter un verger en permaculture et produire d’importantes quantités de fruits avec un minimum de travail, c’est possible.

Afin de mettre tous les atouts de son côté, il faudra soigneusement choisir les arbres fruitiers à planter en fonction des conditions climatiques et du sol. Ensuite il faudra savoir comment et quand tailler. Enfin la biodiversité devra être au rendez-vous afin que la récolte ne soit pas compromise par une invasion d’insectes ravageurs.

Choisir les arbres fruitiers, étudier l'emplacement et observer le climat

La plupart des arbres fruitiers résistent à une température minimale de -15°C en hiver. Toutefois au moment de la floraison, la moindre gelée détruira les fleurs. Pas de fleur, donc pas de fruit… Les abricotiers, amandiers et pêchers fleurissement très tôt, vers le mois de mars. Les pommiers et poiriers fleurissent beaucoup plus tardivement vers les mois d’avril et mai.

La grande diversité d’arbres fruitiers permet d’installer un verger dans presque toutes les conditions. Si la parcelle dédiée à l’implantation de verger permacole est plutôt à l’ombre, humide, froide, privilégier alors :

  • pommier,
  • poirier,
  • plaqueminier (kaki),
  • actinidia (kiwi),
  • noisetier,

Si à l’inverse la parcelle est sur une zone plutôt sèche, exposée aux vents, sur sol drainant, cela est plus favorable aux :

  • cerisiers,
  • pêchers,
  • abricotiers,
  • amandiers,
  • vigne pour raisins de table.

L’intérêt de la permaculture est de créer artificiellement des zones plus chaudes permettant de cultiver des arbres fruitiers qui normalement n’auraient pas fructifié sans aménagements. De cette manière Sepp Holzer a réussi à cultiver des cerisiers à plus de 1 000 m d’altitude dans les Alpes autrichiennes2.

Améliorer le sol du verger permacole

C’est la clé pour faire pousser de beaux arbres fruitiers et obtenir de belles cultures en générale. Le sol est à considérer comme un complexe d’êtres vivants. Il faut le nourrir pour qu’il fabrique de l’humus en lui apportant :

  • branches mortes,
  • déchets verts,
  • compost,
  • bois raméal fragmenté (BRF).

Ces apports de matières organiques seront transformés en humus grâce aux champignons. Il est également pertinent de cultiver des engrais verts comme de l’orge, du seigle, de la vesce, de la phacélie. Ces plantes produiront à la fois de la biomasse et le travail de leur racine améliorera la porosité du sol. Le sol d’un verger en permaculture doit sentir bon l’humus et le champignon, tout comme un sol forestier. L’activité fongique et bactérienne du sol peut boostée par un thé de compost.

En quelle saison planter des arbres fruitiers ?

L’idéal est de planter un verger à la fin de l’automne, c’est-à-dire fin novembre car le sol est chaud et humide à cette période-ci. Les arbres fruitiers s’enracineront plus rapidement. Les plantations peuvent avoir lieu jusqu’en février, durant tout le repos végétatif des arbres fruitiers.

Il est préférable d’effectuer le chantier de plantation d’arbres fruitiers sur un sol ressuyé. Il faut éviter d’intervenir si le sol est gorgé d’eau. Mieux vaut attendre quelques jours si besoin le temps que l’eau se soit infiltrer plus en profondeur.

Faut-il arroser les arbres fruitiers ?

Il est généralement recommandé d’arroser les arbres fruitiers juste après la plantation afin de chasser l’excès d’air dans le sol. Par la suite, l’idéal est de ne pas arroser car cela incite les racines des arbres en rentrer en symbiose avec des champignons. Lorsqu’il fait chaud et sec, les arbres fruitiers ont besoin de plus d’eau. Leur système racinaire est parfois insuffisant pour répondre à leur besoin hydrique. C’est alors les champignons mycorhiziens qui vont apporter de l’eau aux racines des arbres en échanges de sève riche en glucose. La symbiose avec les champignons améliore la résilience des arbres fruitiers face aux sécheresses et aux canicules. Toutefois les arbres devront être soigneusement observés durant le premier été suivant leur plantation. Si l’activité fongique du sol est trop faible, les arbres fruitiers pourraient alors gravement souffrir de la sécheresse. Dans ce cas, un arrosage abondant sera nécessaire pour les maintenir en vie. Mieux vaut irriguer que de perdre des arbres.

Comment protéger les arbres fruitiers face aux mauvaises herbes ?

Il faut éviter que des hautes herbes poussent à proximité des jeunes arbres fruitiers. Un paillage de BRF dans un rayon de 50 cm autour du pied de l’arbre étouffera les herbes. Au-delà de ce rayon, les herbes ne posent pas de réel problème aux arbres. Au contraire, les racines des herbes forceront les racines des arbres fruitiers à descendre plus en profondeur pour trouver de l’eau, ce qui les rendra plus résilient durant une sécheresse. Les hautes herbes constituant les prairies accueillent une grande biodiversité d’insectes et d’araignées ce qui est bénéfique pour la régulation des populations d’insectes ravageurs du verger. Il est donc préférable de faire la première fauche d’herbe autour des arbres fruitiers le plus tard possible afin de favoriser la biodiversité. Cette fauche n’aura généralement pas lieu avant le mois de juin.

Protéger les arbres fruitiers face aux lapins, chevreuils et autres déprédateurs

Les lapins et chevreuils raffolent des jeunes écorces et tendres bourgeons, surtout au printemps. Les jeunes arbres fruitiers doivent être protégés par des amas de ronces, des couronnes d’épines, de fils de fer barbelés ou de tiges métalliques. L’idée est que de repousser les museaux des déprédateurs.

Plantez un verger en permaculture, n'attendez plus !

Entre le moment où un arbre fruitier est planté et sa première récolte, il faut entre au moins 5 ans, parfois 7 ou 10. Cela peut paraître long lorsque l’on est pressé mais au final le temps passe vite. Même un jardinier novice peut se lancer tout seul. Commencer petit avec une plantation de quelques arbres fruitiers. Chacun peut faire à hauteur de ses compétences et de son savoir. Mieux vaut se planter que de ne rien faire !

 

  1. Masanobu FUKUOKA, La révolution d’un seul brin de paille, Éditions Guy Tredaniel, 2005, 202 p.
  2. Sepp HOLZER, La Permaculture, Éditions Imagine Un Colibri, 2011, 200 p.

Samuel Sachot